Documentation vidéo des actions par Stéphane Pauvret – La Germinière – Le Mans

Stéphane Pauvret

Stéphane est un artiste, scénographe et documentariste qui va souvent à la rencontre des autres grâce à de nombreuses collaborations : chorégraphes, metteur en scène, etc. Il a également fait de nombreuses expositions (à Nantes, à Barcelone, …). Stéphane a déjà travaillé auparavant avec l’artiste Olivia Grandville. Lire la suite « Documentation vidéo des actions par Stéphane Pauvret – La Germinière – Le Mans »

Publicités

Actions et parcours

Lors des deux premiers jours du projet artistique, nous avons chacun proposé 5 actions que nous avons placé dans l’espace. Ensuite, nous avons enchainé nos 5 actions un par un pour s’entraîner, puis nous les avons enchainé tous ensemble. Lire la suite « Actions et parcours »

Action ensemble – La bâche / Le tracteur / Les outils – La Germinière – Le Mans

Immobilité ensemble

Ces actions de groupe montrent une certaine puissance. Surtout au moment où nous avancions tous ensemble en ligne, dans le champ. Lire la suite « Action ensemble – La bâche / Le tracteur / Les outils – La Germinière – Le Mans »

Echauffement / Partition

Echauffement :

Olivia était le leader du groupe, et nous, troupeau de 29 bêtes la suivant dans toute la salle pour imiter ses gestes : marcher, ne pas toucher, changer de rythme, à reculons, choisir un bête dans son champ de vision à droite puis une 2ème bête à gauche. Lire la suite « Echauffement / Partition »

Rudolf Laban – La partition en danse – La Germinière – Le Mans

Rudolf LABAN est né à Bratislava en 1879, il est le fondateur de la danse moderne. En 1905, il enseigne en Allemagne et en Suisse pour ses recherches sur le mouvement humain. 14 ans plus tard,  danseur et chorégraphe il écrit des livres et des articles et dirige une compagnie de danse-théâtre. il créé plusieurs chœurs de mouvement amateur et des écoles. LABAN étudie le mouvement avec un aspect comportemental chez des ouvriers et des patients psychiatriques, il développa les bases techniques de la danse-thérapie et de son entraînement pour acteur. Décédé en 1958, son influence persiste toujours de nos jours car des praticiens utilisent son procédé dans diverse disciplines liées au mouvement humain, et ignorent qu’ils marchent sur ses traces de vision, son énergie et son audace créative. Lire la suite « Rudolf Laban – La partition en danse – La Germinière – Le Mans »

Les terminales CGEA au Lieu Unique à Nantes – La Germinière – Le Mans

Le lieu Unique

Qu’est ce que le lieu Unique ?
Le lieu Unique était auparavant une biscuiterie où l’on fabriquait les fameux biscuits « LU » que tout le monde connait.

Ce lieu situé en bordure du Canal Saint-Félix, revit depuis le 1er janvier 2000 au rythme d’un centre d’arts atypique qui a été nommé: le lieu unique, où il y a la scène nationale de Nantes, mais c’est aussi un espace d’exploration artistique et de convivialité qui mélange les genres, les cultures et les publics où on y retrouvent les différents domaines de l’art: arts plastiques, théâtre, danse, cirque, musique, littérature … Ce lieu a un ensemble de services: bar, restaurant, librairie, crèche …
On peu donc dire que c’est: « Une usine à produire de l’imaginaire ».
« LU doit être un lieu unique, au sens d’extraordinaire. Un lieu qui ne laisse ni l’artiste ni l’œuvre tranquilles. ».

L’intervention de Lucie Charrier
Lucie est une intervenante, chargée des publics du FRAC (Fond Régional d’Art Contemporain). Il se situe à Carquefou en Pays de la Loire et a vu le jour en 1982.
Lucie nous a montré des oeuvres de toutes sortes et nous avons aussi parlé de performance en art contemporain.
Performance: A la fin des années 50, une performance ou happning ( au sens anglais du mot «  représentation ») est un événement ou une situation qui pouvait être considéré comme un art. Il a été utilisé pour la première fois en France en 1964, on peut le traduire par: « Intervention artistique ».
Le happening est né du mouvement fluxus , c’est à dire un mélange de disciplines dans l’art contemporain. On peut dire qu’il a pour but de créer un changement dans la vie des personnes, de réduire l’écart entre l’art et la vie (perturbation du public).
Les artistes mettent leur propre corps pour se mettre en action, en scène.
La performance est aussi une forme de résistance ou même d’acte politique dans certains pays.

Anna Halprin: C’est une danseuse chorégraphe américaine et est une élève de Laban. Elle utilise la danse pour s’exprimer.
Elle créée la « danse de la planète », dans l’idéologie des années 60/70 (Militants Hippie). Pour créer cette danse elle fait appel à tout le monde c’est à dire des artistes, des personnes ne pratiquant pas la danse, car pour elle il n’y a pas la nécessité d’être danseur.
Rémy Charlip: C’est un jeune artiste qui s’intéresse au jeune public. Il créer des partitions de danse : « Danse entre deux portes », « danse avec des escaliers a trois marches », « danse sur une chaise ». Il met en scène son corps dans l’espace en utilisant des choses ou des objets de a vie quotidienne.
Kandinsky: C’est l’un des fondateurs de l’art abstrait. Il veut « libérer la peinture ».
Orlan: Elle utilise son corps pour faire ses œuvres : le corps devient l’œuvre d’art, le corps est une moyen de liberté.
L’œuvre « le baiser de l’artiste »,  est une Performance de  1977. Assise derrière une photographie grandeur nature de son buste nu traité comme un guichet automatique bancaire, Orlan interpelle le public. Sur une estrade noire, elle monnaye ses baisers, tandis qu’ une autre silhouette photographique collée sur bois la montre en Vierge à qui l’on peut, pour le même prix, offrir un cierge.
Orlan dénonce les canons esthétique que l’on impose aux femmes.
Elle s’est également fait une série d’opérations chirurgicales où elle se prenait en photo lors de ses opérations.
Valie Export:
Génital Panik
Smart Expo
Régis Perray:
Balayage de la route occidentale
Yoko Ono:
La série Wish Tree implique le spectateur et le pousse à s’investir en y accrochant son propre message.

Tout ces artistes utilisent la performance soit pour dénoncer quelque chose ou bien pour montrer ce que l’on peut faire avec notre corps même si nous ne somme pas artiste. La performance est ouverte à tout le monde.

Spectacle Combat de carnaval et de carême :
Pour sa nouvelle création, Olivia Grandville s’inspire de Combat de Carnaval et Carême (1559) du peintre Flamand Pieter Bruegel. La chorégraphe s’appuie ici sur la richesse du mouvement et la composition de la peinture pour créer une pièce pensée en tableau vivant, en évolution perpétuelle. 
Dans le prolongement de Foules, projet créé en 2015 pour une centaine d’amateurs adultes et enfants, le principe d’écriture s’appuie sur une partition d’actions et de gestes communiqués aux interprètes via des casques audio. Il se trouve que les dernières pièces prenaient appui sur des références fortes, littéraires et cinématographiques. Ici, c’est le procédé d’écriture lui-même qui est à la base du projet.
S’il n’y a pas de sujet explicite à l’origine de ce spectacle, il y a en revanche une vision, très forte, celle d’un tableau de Bruegel l’Ancien, Combat de Carnaval et Carême.
Il s’agit d’une allégorie du temps qui prend la forme d’un grand calendrier scandé par des moments de fête et d’austérité. Carnaval et Carême ne s’y opposent pas mais se croisent seulement, indiquant un mouvement cyclique. Dans son titre même, le tableau fait se rencontrer des notions a priori antagonistes : dépense, transgression, excès, d’une part ; ascèse, ordre, économie, d’autre part. Plein de vie et de mouvement, le tableau regorge de passages secrets et de portes dérobées.
C’est un spectacle vivant plein d’action et les geste sont très précis grâce a cela on sait de quel geste il s’agit.

Pauline.C, Laure